Le macaron serait originaire du Proche-Orient et du Maghreb. Dans ces pays, les gâteaux et pâtisseries étaient faits depuis de nombreuses années avec du sucre et de la pâte d'amande.

Au Moyen-Age, ce petit gâteau fait son apparition en Europe. Il n'a encore ni couleur ni parfum. Il se diversifie tout d'abord en Italie. Il serait né au VIIIe siècle dans les monastères vénitiens.

Avant de s’unir deux à deux, ces petits gâteaux se présentaient individuellement.

S’il est cité par Rabelais, son origine reste obscure.

Pourtant bon nombre de villes en ont revendiqué la paternité et bon nombre de légendes se sont créées.

Certains prétendirent qu’il fut créé en 791 dans un couvent près de Cormery.  D’autres que Catherine de Médicis apporta d’Italie ces friandises, pendant la renaissance, à l’occasion de son mariage avec le Duc d’Orléans, futur roi de France.

La première recette de macaron figure dans un ouvrage du début du XVIIe siècle.

À Joyeuse, en Ardèche, il apparaît en 1581 rapporté de la cour du roi Henri III où Catherine de Médicis, mère du roi, le fit servir lors des noces du duc Anne de Joyeuse. Le Macaron de Joyeuse est à base d’amandes et entièrement craquant.

Au Pays basque, à Saint-Jean-de-Luz, le macaron est apparu sous l’impulsion d’un pâtissier, M. Adam, qui en offrit à Louis XIV pour son mariage en 1660. Depuis lors, les descendants du pâtissier perpétuent la tradition.

À Paris, et en particulier à la Cour de Versailles, les officiers de bouche portant le nom de Dalloyau, ancêtres de ceux qui fonderont en 1802 la maison de gastronomie du même nom, servaient les rois de macarons, de 1682 jusqu’à Louis XVI et Marie-Antoinette.

En Lorraine, le macaron est apparu sous l’égide des Dames du Saint-Sacrement à Nancy, dans une recette tenue secrète depuis le XVIIIe siècle. La recette des macarons de Boulay est apparue en 1854. Ces macarons perpétuent la recette initiale et présentent la particularité d’être à croute dure et à l'intérieur fondant.

Dans les années 1830, à Paris, les pâtissiers ont eu l’idée d’accoler ces biscuits deux par deux en les garnissant d’une ganache : Un cœur de crème au beurre ou de confiture/compote est rajouté entre les deux coques.

Ce « macaron parisien » a été notamment popularisé par la maison Ladurée.

On le trouve dès 1880 dans le quartier de Belleville à Paris.

Aujourd'hui, on trouve ainsi des macarons dont le cœur a un autre parfum que le biscuit : pêche-rose, café-spéculos ou encore citron vert-basilic !

Par ailleurs, le film Marie-Antoinette de Sofia Coppola a fait connaître cette friandise dans le monde entier. Ainsi, de Paris à Tokyo, le macaron n’en finit pas de ravir nos papilles !

Quelle est la composition dumacaron ?

Dérivé de la meringue, il est fabriqué à partir de poudre d’amande, de sucre glace, de sucre et de blancs d’œufs. La pâte ainsi préparée est déposée sur une plaque de four et cuite. Cela lui donne sa forme particulière d’une pâte figée et dorée à la cuisson.

 

 

Vous pourrez retrouver dans nos boutiques A la reine Astrid, 12 macarons aux saveurs différentes, à déguster vous-même ou pour le plaisir d'offrir :

Café arabica : pour retrouver toute la finesse de l'arabica et la richesse de ses arômes

Caramel beurre salé : grand classique des macarons, un caramel tout en finesse avec une pointe de sel

Chocolat noir-sambiraja : 82% , pour ravir les amateurs de chocolat avec ce cacao venu tout droit de Madagascar avec une pointe d'acidité qui met en avant ses arômes

Framboises mûres : un équilibre parfait entre ces deux parfums, qui ravira les amateurs de fruits rouges.

Myrtilles : Toute la gourmandise des myrtilles, avec leur saveur douce et légèrement sucrée

Noix : toute la saveur  délicate de ce fruit à coque que l'on retrouve associé à une délicate méringue

Orange sanguine-citron : l'orange sanguine tempère lapointe d'acidité apportée par le citron, les amoureux des agrumes seront sous le charme

Fruit de la passion : l'acidité du fruit de la passion se marie à merveilles avec la meringue

Pistache : Toute la délicatesse de ce fruit sec, dont on apprécie la finesse dans beaucoup de pâtisseries orientales

Spéculoos : Tous les arômes des différentes épices contenues dans le biscuit originaire du nord de la France, Belgique et Pays-Bas

Rose : Doux et subtil, il vous enivrera à l'instar des pâtisseries orientales délicates.

Vanille :  Cette épice moelleuse et agréablement parfumée donne toute sa puissance dans une ganache subtile entre deux meringues